Accueil TESTS & TEMOIGNAGES Ces petits moments du quotidien, le bonheur en double

Ces petits moments du quotidien, le bonheur en double

24 min de lecture
0
0
312


Le témoignage de Catherine:
Je suis mariée, j’ai 32 ans et j’ai des jumeaux fille-garçon de 18 mois. Je n’ai pas d’autre enfant.
Je suis tombée enceinte suite à une FIV où on a réimplanté 2 embryons donc le médecin qui nous l’a annoncé nous a dit qu’on devait s’y attendre mais ce n’était pas du tout le cas ! On n’avait eu plusieurs échecs auparavant et la dernière FIV avait été particulièrement douloureuse donc on n’y croyait plus du tout. On avait d’ailleurs décidé d’arrêter la PMA et de se lancer dans l’adoption ! J’avais déjà reçu les premiers documents à remplir ! Et là, surprise, non seulement c’est positif mais en plus, il y en a deux !
Moi j’ai été tout de suite contente. Je voulais au moins 2 enfants et mon mari pas spécialement. Il me disait tjrs « d’abord un et puis on verra » donc avoir des jumeaux, ca a vraiment été une chance pour moi, surtout qu’il a fallu plus de 3 ans et un long combat pour que je tombe enceinte.
Je pense que ca a été plus compliqué à accepter pour mon mari. Quand on est rentré de la consultation où on a appris qu’il y en avait 2, il est parti courir ! Il avait besoin de se
Quand on en parlait après, on se disait juste qu’on n’était ni les premiers, ni les derniers et qu’il n’y avait pas de raison qu’on y arrive moins bien que les autres.
Je pense que mon entourage a  eu peur pour ma santé parce que je suis mince et petite alors ils avaient peur que la grossesse soit difficile ! La première réaction de ma maman a été « Mais tu vas les mettre où? » et j’ai répondu « un devant, un derrière »
Mais de manière générale, ils étaient contents pour nous (même si on a eu des réflexions comme « je préfère pour toi que pour moi, … »)

Ma grossesse s’est relativement bien passée par rapport  à tout ce que j’ai entendu ! Etant donné mon gabarit, mon gynéco m’avait dit dès le début que si j’allais jusque 34SA, il serait déjà vraiment content. J’ai été arrêté vers 20SA car j’avais des trajets trop long pour aller travailler et je commençais déjà à avoir des contractions. On a eu quelques frayeurs puisque j’ai perdu du sang à plusieurs reprises mais finalement c’était juste des irritations du col. Je n’ai jamais été hospitalisé et même si j’ai dû rester au « calme » chez moi, je n’ai jamais été alité. J’ai finalement accouché à 37SA+6 par césarienne programmée parce que mon corps n’en pouvait plus (mal de dos, difficultés à me mouvoir…) et que mon gynéco estimait que les petits avaient déjà un beau poids et étaient prêts à sortir.
J’ai donc accouché par césarienne programmée parce que mon bonhomme était en siège. Mon gynéco m’avait fait passé une écho des hanches quelques jours avant et il m’a dit qu’il ne préférait pas prendre de risques et vu que j’ai entièrement confiance en lui, j’ai suivi son avis.
La césarienne en elle-même s’est bien passée. Mon mari a pu rester près de moi tout le temps. Je me souviens que l’on m’a dit « Si ils pleurent directement, on vous les montre. Si ils ne pleurent pas, on les emmène et vous les verrez après ». Je me suis donc vraiment focalisé la dessus « faites qu’ils pleurent, faites qu’ils pleurent ! « 
Quand j’ai entendu les pleurs de ma fille, j’avais les larmes aux yeux, qd j’ai entendu les pleurs de mon fils, les larmes ont coulé. Ca a été un vrai soulagement ! Et j’ai donc pu les voir quelques secondes/minutes avant qu’ils les emmènent voir la pédiatre. Un moment difficile, ça a été quand ma puce est née et qu’ils l’ont emmené, mon mari m’a demandé « je vais avec elle ou je reste avec toi? ». Ca a été très difficile mais finalement, je lui ai dit d’aller avec elle… Je ne voulais pas qu’elle soit seule dans ses premiers moments de vie.
Quand ils ont commencé à me recoudre, ils m’ont ramené ma puce près de moi (après qu’elle ait vu la pédiatre). A partir de ce moment là, malheureusement, tout s’est compliqué parce que j’ai commencé à me sentir mal à cause du produit anesthésiant. J’avais des nausées, des vertiges, … L’anesthésiste n’arrêtait pas de faire des aller-retour… Et la suite de cette journée est très floue… Je sais qu’on m’a ramené les petits en salle de réveil mais je ne m’en rappelle presque pas. Ma puce faisait 2kg970 mais mon bonhomme ne faisait que 2kg060 (il n’a presque plus grossit les 15 derniers jours). Ils ont donc dû aller en néonat (tous les 2 car ils ne séparent pas les jumeaux).
Suite à la césarienne, j’ai fait une importante hémorragie. J’étais très faible. Le lendemain de mon accouchement, on m’a emmené en néonat dans mon lit pour que je puisse les voir mais j’étais toujours très faible à cause de mon hémorragie. Finalement, le surlendemain, on m’a remis 2 poches de sang et à partir de ce moment-là, ça a été beaucoup mieux. Après 5 jours d’hospitalisation, nous avons passé 10 jours tous les 3 en chambre « Mère-enfants ». Ma fille était en pleine forme. Pour mon fils, c’était plus compliqué. Il était trop faible pour boire son biberon lui-même. Il a donc eu une sonde gastrique dans le nez et ça a été 15 jours « yo-yo ». Il arrivait à boire 2-3 biberons tout seul, on lui retirait sa sonde, on nous parlait de sortie et puis il n’y arrivait plus et on devait remettre la sonde… Sur le moment, ça a été très éprouvant même si avec le recul, je me dis que ce n’est rien de grave par rapport à d’autres.

Je n’ai pas vraiment « un » souvenir en particulier si ce n’est leur naissance, évidemment ! J’adore chaque moment du quotidien avec eux et j’essaie d’en profiter au maximum. J’ai évidemment adoré voir les grandes étapes, essentiellement au niveau des déplacements ! Ma fille a rampé pendant des mois. La première fois qu’elle l’a fait, j’ai trouvé ça magique. Pareil quand ils ont commencé à avancer avec un trotteur et je ne parle même pas de leurs premiers pas ! En ce moment, ils parlent de plus en plus aussi et font des cris d’animaux
Sinon une anecdote dont je me rappellerai longtemps je pense et qui s’est passé il n’y a pas longtemps: Mon bonhomme ouvre les portes des placards. Je lui dis donc qu’il ne peut pas et comme à son habitude, sa sœur vient près de lui, elle le prend par les épaules puis montre son petit index en lui disant « peut pas » (déjà ça, je trouve ça adorable et ça nous fait beaucoup rire) mais à ce moment là mon bonhomme à la réaction la plus adorable possible, il regarde sa sœur et lui fait un bisou ! C’est ce genre de petits moments du quotidien qui me donnent les larmes aux yeux et que je n’oublierai jamais !

Son conseils :

Ne pas s’inquiéter !!! Tout le monde dramatise, on entend pleins de réflexions (même encore maintenant d’ailleurs) comme « bon courage », « ça va être super dur », « accroche toi »  et la meilleure « moi je pourrais pas ! « . Bien sûr que si, tout le monde peut !
Il faut un minimum d’organisation et c’est plus facile quand le papa s’occupe beaucoup des enfants aussi mais il n’y a rien d’insurmontable et avoir des jumeaux, c’est vraiment une aventure magique!
Sinon, quand ils grandissent, je conseillerais de passer des petits moments avec un seul de temps en temps. Nous on va régulièrement faire les courses avec un seul ou je vais dire bonjour à une amie avec un seul et l’autre reste avec papa. Ce sont des moments où ils ont un de leurs parents rien que pour eux et ils adorent ça ! Et le mieux, c’est quand ils se retrouvent, ils sont tout content aussi.
Je conseillerais aussi de continuer à sortir ! C’est vrai que c’est un déménagement à chaque fois mais sinon on se coupe complètement du monde. Nous, on continue à aller chez des amis le week-end, … On arrive avec 2 lits parapluies, de quoi les changer, les pyjamas, … C’est un vrai débarquement mais nos amis ont l’habitude maintenant et on a gardé la même vie sociale qu’avant !

Ses astuces :

Honnêtement, je ne vois rien de particulier. Pour moi, je fais tout comme avec un seul bébé mais en double 🙂 A mon avis, il doit bien y avoir quelques astuces mais que je fais au quotidien et je ne m’en rends plus compte.
Le seul moment qui est difficile, c’est quand je veux les sortir dans le jardin (il y a un escalier) donc je dois les sortir un par un mais que faire avec le premier qui est dehors pendant que je vais chercher le 2ème resté à l’intérieur??? Et bien, je prends la poussette ! Même si je n’en ai pas vraiment besoin, je peux mettre le premier que j’ai sorti dehors dans la poussette et il est en sécurité le temps que j’aille chercher le 2ème.
Une 2ème chose à laquelle je pense aussi c’est pour la lecture de l’histoire le soir. Ils sont dans la même chambre et pour qu’ils voient le livre tous les 2, je m’assieds à terre entre les 2 lits avec une lampe de poche !
Sinon on est déjà parti 3 fois en vacances avec eux et ça s’est très bien passé ! On a juste dû racheter un break.

Ses jumeaux:

Ils sont encore trop petit pour avoir un ressenti mais ils sont de plus en plus complices. Je vois une vraie différence depuis qu’ils marchent (14 et 15 mois). Ils commencent à jouer ensemble, se courir après, se grimper dessus quand ils sont couchés, …
Et comme je l’ai dit plus haut, on essaye de passer des moments rien qu’avec un seul et même si ils aiment ça, ils sont toujours contents de se retrouver. La présence de l’autre les rassure aussi. Quand j’en mets un dans l’auto puis que j’amène le 2ème, on voit vraiment qu’ils sont contents que l’autre soit là ! Quand il y en a un qui est à la sieste et l’autre pas, celui qui est réveillé réclame régulièrement l’autre (enfin surtout ma puce qui réclame son frère). Et depuis très longtemps, ils « pensent par 2 ». Si ils réclament le doudou ou la tétine, ils vont d’office prendre les 2 et aller porter l’autre à son frère/sa sœur, si ils ont soif, ils boivent dans leur « canard » puis vont le porter à l’autre, … Et c’est pour tout comme ça 🙂
Ils s’imitent beaucoup aussi ! Si un se met à danser, l’autre aussi. A table, si l’un a soif, l’autre aussi, … Et ils s’échangent tout aussi ! Les tétines, les assiettes (ils mangent ce qu’ils préfèrent puis refilent à l’autre ce qu’ils aiment moins! ) , les bavoirs, les couverts, …
lemag-2
Afficher plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cherchez aussi

Un joli et émouvant témoignage

Découvrez l’émouvant témoignage d’ Adeline « Je suis jumelle mais ma soeur est…