Accueil TESTS & TEMOIGNAGES Un joli et émouvant témoignage

Un joli et émouvant témoignage

11 min de lecture
0
0
245

Découvrez l’émouvant témoignage d’ Adeline

« Je suis jumelle mais ma soeur est décédée de mort subite à 5 semaines.
Ce n’est pas un sujet tabou dans ma famille mais c’est un sujet difficile donc si ce n’est un secret pour personne et mes parents ont toujours répondu aux questions de mes frères et soeur et moi mais nous n’en parlions pas souvent ni en détail.
Grandir avec cette « présence absente », ça n’a pas été facile. Il m’a fallu 25 ans pour comprendre que la fusion que je cherchais en amitié ou en amour n’était pas possible. Quel que soit le type de relation engagé, le poids pesant sur les épaules de l’autre était trop important pour lui.
Je me suis repliée sur moi, j’ai pris beaucoup de distance avec mes amis, je suis restée célibataire quelques années.
Puis il y a 10 ans j’ai rencontré mon conjoint actuel, j’ai essayé de ne pas commettre les mêmes erreurs, j’ai enfin réussi à avancer dans ma vie.
Lorsque nous avons décidé d’avoir un enfant, tout cela m’est revenu dans la figure comme un boomerang. Impossible pour moi de continuer « comme ça » et de risquer de transmettre ça à mon enfant. Je me suis enfin décidée à consulter et à faire une thérapie qui a duré un an,c’est à dire jusqu’à la naissance de ma première fille. Bien sûr, dire que mon mal-être découlait uniquement de la mort de ma soeur est faux, nous sommes le produit de l’union de nos parents, au-delà de notre caractère et tempérament, nous sommes conditionnés par les relations familiales parentales et de ce que nous vivons enfant. Mais tout est extrêmement lié.
J’ai fini par accepter cette présence absente, par comprendre qu’une partie de cette douleur ne m’appartenait tout simplement pas, que très naturellement pour mes parents j’étais à jamais le témoignage de cette absence et qu’ils m’avaient en partie transmis ce vide au quotidien.
Ce fut en tout cas ma manière de fermer la plaie.

J’ai eu une seconde fille et trois ans après, nous décidons de faire « un petit troisième ».
Et là, c’est le drame. Je tombe enceinte et je n’arrive pas à me sortir de la tête qu’ils sont deux.
Je trépigne pour aller chez la gynéco car je veux savoir, je n’en dors pas. Si pour mes précédentes grossesses, ça a toujours été la première question que j’ai posée, ici c’est très différent :c’est l’angoisse car je SAIS. Et ils sont bien deux, deux petits garçons identiques.

Combien de fois n’ai-je pas entendu : « T’en fait pas, ça saute une génération tu sais ». Sauf que non, pas cette fois. Nous savions les risques, c’est vrai : la soeur de mon conjoint a eu des vraies jumelles et j’en étais une mais c’était une éventualité que j’avais toujours refusée.
Quelle ironie. Je me suis sentie punie : moi qui étais enfin parvenue à mettre de la distance et de l’apaisement face à ce manque, voilà un second retour de boomerang et pas des moindres.
J’aurais tout donné dans ma vie pour que ma soeur soit là et j’allais devoir regarder mes enfants partager ce que j’ai tant envié …

Je me retrouve alors dans une impasse totale : m’imaginer avec eux m’est impossible et je ne peux pas non plus envisager d’interrompre la grossesse.
A coté de cela, ce qui est difficile pour moi c’est aussi le passage à la mère de quatre enfants.
Je me suis toujours projetée avec trois, pour moi, la mère de quatre avec des jumeaux en troisième, c’est MA mère. C’est MON enfance. Ma mère qui a eu d’abord deux garçons et puis qui a eu des jumelles pour sa troisième grossesse, en a perdu une et 5 ans plus tard elle a eu une petite dernière. Ma mère qui s’est aussi séparée du père de ses enfants au bout de 33 ans de mariage.

Après en avoir beaucoup parlé, avoir de nouveau consulté mais en couple cette fois car je veux que mon conjoint comprenne ce que j’éprouve, j’ai fini par accepter cette idée d’avoir des jumeaux. C’est vrai que le fait que ce soit des garçons ça aide, je sais que lorsqu’ils viendront au monde dans deux mois et demi, ce ne sera pas dans les mêmes conditions que moi, nous les monitorons 24h/24 et nous casserons le cycle de cette histoire qui se répète.
Il le faudra bien … il le faut.

Je me pose la question de comment un jour expliquer tout ça à mes enfants, mes filles ont 5 ans et 3 ans, elles comprennent des choses mais partiellement seulement. Ma grande m’a dit il y a un mois  » il y en a deux mais vous vous auriez voulu qu’il n’y en ait qu’un ».
La vérité sort de la bouche des enfants dit-on. Je sais que lorsque mes garçons seront là, j’en serai heureuse, que je ne pourrai plus imaginer n’en avoir qu’un mais c’est vrai : j’aurais préféré ne pas avoir de jumeaux.
Pourtant j’angoisse à l’idée d’en perdre un et ma mère angoisse à l’idée que j’en perde un : elle ne veut pas que je vive ce qu’elle a vécu et moi je ne voudrais pas que mon enfant vive cette présence absente.

A suivre !
Adeline »

 

Afficher plus d'articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cherchez aussi

Comment grandir quand on a un jumeaux ?

Y a t il une différence de développement quand on grandit en ayant un jumeau ? Se développ…